Prince Albert réfléchit à la loyauté locale dans une interview à Paris Match

Le Prince Albert II et sa famille sont à la Une du journal de cette semaine Paris-Match alors que Palace prend l'initiative médiatique.

S'adressant au correspondant royal Stéphane Bern, le Prince aborde plusieurs sujets d'actualité, mais il s'est surtout montré fier et optimiste en ces temps incertains, tant pour lui que pour la Principauté.

Bien sûr, la question de la démission de l'administrateur des biens du palais Claude Palmero, largement évoquée dans les médias français et internationaux, a été évoquée.

Le prince Albert donne son point de vue sur la question sans mentionner le nom du personnage principal, mais pour l'auditeur attentif, c'est clair ; « Ce sont des moments difficiles. Vous savez, ce n'est jamais facile de se sentir trahi par des gens à qui, au début, on avait confiance et on se rend compte, en y regardant d'un peu plus près, que le travail n'a pas été bien fait et de manière un peu opaque, avec un montage compliqué… laisse une impression désagréable, renforcée par tout ce déballage médiatique inutile. Quand quelqu'un n'accepte pas qu'on lui propose de prendre sa retraite tranquillement, et que cette personne déçue vienne vous menacer dans votre bureau, c'est humainement désagréable, et surtout futile. Il faut désormais aller au bout du processus : la justice tranchera.»

Le Souverain reconnaît que cette affaire lui a beaucoup fait mal. « Mes expériences passées m'ont permis d'acquérir une certaine carapace. Je n'irai pas jusqu'à dire que les choses m'échappent, parce que j'ai été touché, mais il faut avancer. Ce n’est pas la première épreuve que je traverse, et il y en aura d’autres. Mais vous savez, cette expression qui dit que les ennuis volent dans un escadron est assez exacte. A cette affaire s'ajoute une accumulation de petits problèmes, ici au Palais, au gouvernement ou plus personnels. Et cette multiplicité de difficultés complique certes les choses mais, en même temps, elle me rend plus fort. Vous n'arrêtez jamais d'apprendre. Je connaissais déjà un peu le caractère humain, mais je suis toujours étonné du comportement et des réactions de certains. Il est intéressant mais aussi inquiétant de découvrir les faces cachées, surtout lorsqu'il s'agit de personnes que l'on pense bien connaître et qui se révèlent sous un jour moins attractif. J'avais déjà pu observer ce phénomène tout au long de ma vie, même si c'était plutôt chez mes parents. Depuis que j'ai pris les responsabilités de la Principauté, je constate qu'être proche du Prince change les comportements. Il faut savoir s’adapter, rester constamment sur ses gardes, être plus méfiant et garder sa clairvoyance.

Le Prince Albert se sent soutenu par son entourage immédiat et surtout par l'amour qu'il reçoit de la communauté monégasque.

« Heureusement, toute ma famille est présente autour de moi et m'entoure de son affection, la famille immédiate mais aussi la famille élargie des Monégasques. Nous sommes tous une seule famille, unie et solidaire. Cela m’a beaucoup aidé pendant cette période.

Il est également attentif à l’évolution de la situation dans son pays : il entamera le mois prochain sa 20e année en tant que monarque.

« Monaco continue de se développer. Nous pouvons nous targuer d’une croissance à deux chiffres. Cela prouve que le pays a su diversifier son économie de façon assez remarquable depuis le règne de mon père. Cette transformation s'est accélérée ces dernières années avec de belles opportunités d'accompagnement de nouvelles entreprises, grâce à MonacoTech, qui est un incubateur de start-up. Monaco reste une valeur refuge en raison de sa stabilité, de sa sécurité et de ses opportunités économiques.